La Fédération Française du Bâtiment Aquitaine est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Actualité

Action syndicale : les grandes avancées obtenues en 2017

Le 28 décembre 2017
2017 a été une année stratégique pour le pays : les Français ont élu un nouveau président de la République et une majorité parlementaire.
Des choix d'autant plus stratégiques au moment où notre secteur connaissait un début de reprise, extrêmement sensible aux aléas conjoncturels.

La FFB s'est investie, dès l'été 2016, dans les débats électoraux. Son objectif : rencontrer les principaux candidats et peser sur les arbitrages effectués par les équipes de campagne.

 

La reprise d'activité doit irriguer l'ensemble du territoire

Le thème de la fracture territoriale grandissante, opposant des métropoles urbaines en expansion à des territoires plus ruraux en grande difficulté, est vite apparu incontournable. Il a structuré la majorité des « 112 propositions » relayées par le réseau FFB aux candidats à la députation.

 

La FFB ne cesse de le rappeler à chacune de ses interventions auprès des nouveaux responsables politiques : la reprise d'activité n'aura de sens que si elle irrigue l'ensemble du territoire !

 

Oui à la prévention, non au compte pénibilité !

Mois après mois, année après année, les acteurs du réseau FFB ont bataillé contre cette monstruosité administrative. Ils ont été entendus ! 

Beaucoup croyaient déjà la partie perdue. Pas la FFB, qui jusqu'au bout aura combattu le dispositif « pénibilité » tel qu'imaginé par la précédente majorité et mis en avant la nécessité absolue de la prévention.

 

Réforme du Code du travail : plus de souplesse dans la gestion des effectifs

Votées durant l'été 2017, les ordonnances travail ont permis d'assouplir les conditions du licenciement (réduction du délai contentieux et encadrement des indemnités prud'homales).

C'est un pas important, souhaité par la FFB, dans le sens d'une plus grande responsabilisation des chefs d'entreprise.

 

Lutte contre la fraude au détachement et la concurrence déloyale

Fin septembre, la FFB obtient la généralisation de la carte BTP sur les chantiers français et un renforcement des contrôles. Cet outil opérationnel et dissuasif était réclamé par la FFB depuis près de dix ans.  

En s'appuyant sur les arguments de la FFB en la matière, le chef de l'État a demandé, dès son élection, une révision plus radicale de la directive européenne sur le détachement.

 

Toujours sur le front de la concurrence déloyale, la FFB est parvenue à freiner le développement de la micro-entreprise dans le bâtiment en en limitant les effets pernicieux : si le gouvernement a autorisé un doublement du plafond du chiffre d'affaires autorisé, il s'est opposé en revanche à un doublement de la franchise de TVA. Un tel doublement aurait constitué un nouveau motif de distorsion de concurrence inacceptable.

 

Soutien de l'activité côté fiscalité

À l'occasion de l'examen du projet de loi de finances 2018, la FFB est parvenue à préserver de nombreux dispositifs.

  • Le prêt à taux zéro (PTZ) dans le neuf est stabilisé jusqu'en 2021 pour les zones dites « tendues » et jusqu'en 2019 pour les zones rurales et périurbaines. Cette stabilité fiscale est issue d'un engagement pris par le président de la République lors de sa venue aux 24 heures du Bâtiment.

  • Le dispositif fiscal « Pinel » en faveur de l'investissement locatif est maintenu jusqu'en 2021 dans les zones « tendues » et préservé, à ce stade, dans les secteurs les plus ruraux, dès lors que le permis aura été déposé avant le 31 décembre 2017.

  • Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) appliqué aux fenêtres et aux chaudières au fioul à condensation fait également l'objet d'une action déterminée de la FFB. Cette action a d'ores et déjà permis de maintenir le CITE jusqu'à la fin de l'année, alors que le texte initial prévoyait sa suspension dès le 27 septembre... La FFB bataille encore pour que le dispositif soit stabilisé jusqu'à la fin 2018.

 

Le travail ne s'arrête pas là !

En 2018, la FFB mettra - une fois encore - tout son cœur à l'ouvrage pour engranger de nouveaux succès pour la profession et pour vos entreprises !


Le 28 décembre 2017